Porté par sa valeur d’ouverture, Le Petit Théâtre du Vieux Noranda se veut un lieu accueillant, bienveillant et inclusif. Venir au théâtre peut être une activité régulière ou au contraire, te sortir radicalement de ta zone de confort. Quelque soit ton cas, nous voulons que tu te sentes le·la bienvenu·e et que tu profites de l’expérience que tu t’apprêtes à vivre.

Ce petit guide sans prétention a pour objectif de faire tomber les idées préconçues et déconstruire quelques interdits imaginaires que l’on croit devoir respecter quand on franchit les portes d’un théâtre.

Voici les dix droits du·de la spectateur·rice au Petit Théâtre :

1. Le droit de venir au théâtre pour la première fois

Il y a une première à tout comme on dit ! Tu as toujours voulu venir au théâtre, mais n’en as jamais eu l’occasion ou au contraire tu avais des appréhensions qui te freinaient ? Peu importe, tu as sauté le pas, et toute l’équipe du Petit Théâtre te souhaite la bienvenue. Venir au Petit Théâtre, c’est vivre une expérience artistique et humaine unique. L’équipe fait tout son possible pour te faire passer un agréable moment. En espérant que cette première fois se transforme en une habitude !

2. Le droit d’aimer ou de ne pas aimer

Aimer ou ne pas aimer un spectacle est une affaire de goût. Chacun·e a sa propre perception et appréciation des choses. Par contre, ça n’a rien à voir avec la qualité de la performance des artistes. Par exemple, tu peux avoir détesté un spectacle, mais reconnaître que les artistes ont bien joué, chanté, dansé, etc. Ce n’était simplement pas à ton goût. L’important c’est de savoir dire pourquoi tu n’as pas aimé.

 

PetitGuideSpectateur_PetitThéâtreduVieuxNoranda_2

 

3. Le droit de comprendre ou de ne pas comprendre

Ce nous est déjà tous·tes arrivé de regarder un film, de voir une pièce de théâtre ou un spectacle de danse et de ne pas tout comprendre. Ce n’est pas parce que tu n’as pas tout compris que tu ne peux pas apprécier une œuvre. Tu as certainement compris plus de choses que tu ne le penses et le sens de l’œuvre n’est pas la seule manière de l’apprécier. Tu peux avoir aimé le jeu d’acteur·rice, la musique, l’ambiance musicale, l’ambiance lumineuse, etc.

4. Le droit de ressentir des émotions

Venir au Petit Théâtre c’est se préparer à vivre un moment unique. Qu’elle soit positive ou négative, ton expérience va te permettre d’en découvrir un peu plus sur toi-même. Surpris·e, indifférent·e, indigné·e, perplexe, subjugué·e ? Tu ne t’attendais peut-être pas à ressentir ce genre d’émotions et c’est normal. Parfois, c’est même le désir de l’artiste, de chercher à te faire ressentir des choses complexes, voire contradictoires. Mais toutes les émotions sont justes, si elles sont authentiques.

5. Le droit d’avoir son propre point de vue

L’interprétation d’une œuvre artistique est propre à chacun·e; il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse puisque la bonne réponse se trouve dans l’esprit de chaque personne. Toute œuvre est forcément polysémique donc chaque vision est unique et intéressante. Ce que tu peux voir et saisir d’un spectacle sera toujours perçu et compris différemment par un·e autre spectateur·rice et c’est précisément ce qui fait la richesse du spectacle vivant.

6. Le droit de ne pas connaître tous les codes

Le théâtre, la danse ou encore le cirque, sont des disciplines très codifiées. Mais ce n’est pas pour autant qu’elles soient simplement réservées aux spécialistes ! Tu peux très bien apprécier une œuvre sans maîtriser tout le vocabulaire technique ni saisir toutes les références. Même si tu es novice en théâtre ou en danse, tu as une culture personnelle à laquelle tu peux te référer. Ta culture musicale, cinématographique, télévisuelle, même populaire peut t’aider à saisir des choses. Les arts se nourrissent les uns les autres !

7. Le droit de ne pas applaudir

Le fait d’applaudir est devenu une norme, un automatisme que l’on croit devoir respecter à la suite d’une performance artistique. Si parfois on le fait par respect et pour ne pas frustrer l’artiste, l’applaudissement bien plus à exprimer son admiration. Si tu as adoré ce que tu viens de voir, applaudis. Mais si tu n’as pas aimé, ne te sens pas obligé·e de le faire. L’applaudissement devrait rester spontané et authentique.

8. Le droit de poser des questions

Puisque tu as le droit de ne pas tout comprendre, il est logique que tu aies le droit de poser des questions.  Elles peuvent  être  sur  le sens  de l’œuvre, mais aussi en rapport avec la technique, le numérique ou encore à propos de la préparation des artistes. Les membres de l’équipe du Petit Théâtre se feront un plaisir de te répondre et si tu veux parler aux artistes ou à l’équipe de création, attends qu’ils le proposent. Sinon tu peux toujours leur écrire par courriel.

9. Le droit de changer d’avis

Une œuvre d’arts vivants ne s’arrête pas avec la fin du spectacle, mais continue d’exister dans ta tête et dans ton corps. En discutant avec tes ami·es après le spectacle, en lisant des critiques ou simplement en y repensant, tu continues à en découvrir le sens. Tu peux donc très bien changer d’avis sur ce que tu viens de voir, en bien ou en mal. Le plus important c’est d’être en harmonie avec toi-même et de te faire confiance.

10. Le droit de sortir avant la fin

Autant tu as le droit d’arrêter de lire un livre s’il ne te plaît pas, autant tu peux quitter le théâtre avant la fin du spectacle. Si les thèmes ne viennent pas te chercher, si les sujets abordés te sont sensibles, si tu es mal à l’aise ou même si tu t’ennuies, tu peux partir en te faisant le·la plus discret·ète possible pour ne pas déranger celles et ceux qui sont dans la salle. L’art ne doit pas devenir une corvée, mais n’oublie pas que c’est peut-être en ayant vu l’œuvre dans son ensemble que ton avis sera le plus avisé.

TÉLÉCHARGER LE GUIDE.