Catégorie : Numérique

Laboratoire de création sur l’interactivité dans les arts vivants 2020

Laboratoire sur l'Interactivité 2020_Petit Théâtre du Vieux Noranda
Le cadre et le contexte

Depuis maintenant 3 ans, Le Petit Théâtre du Vieux Noranda et l’Université du Québec en Abitibi -Témiscamingue collaborent ensemble pour offrir aux étudiants du cours Interaction Homme-Machine, tenu par M. Jean-Ambroise Vesac, Ph. D et artiste numérique, une semaine de recherche et de création en lien avec le numérique, en collaboration avec plusieurs artistes professionnels.

Le laboratoire a un double objectif :

– Pour les étudiant(e)s : vivre une expérience professionnelle créative et inspirante dans un lieu culturel intégrant les technologies dans les arts vivants, durant laquelle ils effectuent des recherches en lien avec le numérique dans une optique d’application concrète dans la communauté;
– Pour les artistes invité(e)s: ouvrir leurs horizons et leurs perspectives artistiques vers les derniers outils technologiques et leur intégration dans leur pratique;
– Pour les étudiant(e)s et les artistes: vivre une expérience inédite de partage créative et de développement des compétences.

Les artistes invité.e.s
Julie Mercier

Julie Mercier vit et travaille à Rouyn-Noranda. Artiste de la relève, ses pratiques sont multiples (arts visuels, peinture, théâtre, danse, scénographie, arts du cirque, improvisation), bien que sa formation soit d’abord en arts visuels (Major in fine arts : Concordia). On peut voir ses peintures à la galerie Rock Lamothe, et on reconnaît son travail à la craie dans différents cafés de Rouyn-Noranda (Saint-Exupéry, Gisement). Elle fait partie de l’équipe de création du Cirque des frères Collini, et a joué dans plusieurs pièces de théâtre locales (Fiasco! , Boeing, Boeing! …). 

Récemment dédiée à la réorientation de l’inaperçu, Julie Mercier explore les matériaux et situations qui la font sortir de sa zone de confort, considérant la vie comme un jeu perpétuel au sein duquel l’apprentissage de nouveaux médiums et la découverte de nouveaux champs d’intérêts sont les seules façons d’éviter l’obsolescence et l’ennui. 

En peinture, elle fait l’éloge de la fuite en créant des ‘’lieux’’ qui n’existent pas, imaginaires et surréalistes, inspirés du rêve et d’échantillons du quotidien. Ils sont empreints de nostalgie, utilisant la mémoire et internet comme source d’indices et d’erreurs sur une réalité grandiose qui n’existe plus. Les couleurs et la matière sont très présents, afin que l’on n’oublie pas ‘’la peinture’’, l’outil qui crée un univers plus cohérent que la réalité.

Audrey Rochette

Audrey Rochette œuvre à titre de chorégraphe, d’artiste interdisciplinaire et de performeuse depuis 2011. À sa sortie de L’École de Danse Contemporaine de Montréal, elle a très tôt été attirée par l’interdisciplinarité, tout en gardant un fort attachement au mouvement. Ses pièces Poros, InVitraux, Rift/Wall, CAKE, Alter et Seagulls ont été diffusées à Tangente, Phenomena, ZH Festival, La Chapelle – Scènes Contemporaines, Dance Matters (Toronto) et Festivaleke (Belgique). Sa prochaine pièce, Diorama, une installation performative et interactive, est en cours de création. Comme performeuse, elle collabore depuis 5 ans aux oeuvres de la compagnie Kondition Pluriel, qui fait dialoguer les arts médiatiques et la performance. Cela l’a amenée à se produire en Allemagne, en Autriche, en Croatie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Elle participe présentement en tant que performeuse et associée de recherche au projet Machine Movement Lab, un projet en machine learning et performance, des chercheurs Petra Gemeinboeck, Marie-Claude Poulin et Rob Saunders. Elle est également assistante de recherche en Observation-Analyse du Mouvement pour les chercheuses Nicole Harbonnier et Geneviève Dussault. En tant que performeuse, interprète ou interprète-médiatrice, elle a participé aux œuvres de projet hybris, Lucie Grégoire, Emmanuel Jouthe, Rosie Contant, Vanessa Bousquet et Isabelle Boulanger.

Basile Philippe

Basile Philippe est né à Besançon (FR), sur la terre natale du Cirque Plume. Il a commencé sa formation à l’École Nationale de Cirque de Châtellerault (FR) pour ensuite s’envoler pour l’École de Cirque de Montréal (ENC). Au fur et à mesure des années il a appris à apprendre l’acrobatie et ce au travers de divers appareils acrobatiques ou domestiques. Son objectif est de développer de aptitudes, d’apprendre et de découvrir le répertoire circassien tout en créant un vocabulaire acrobatique, transcendant vers une écriture contemporaine et actuelle. Il oscille du travail solo au travail collectif suivant ses projets. En tant que circassien, il s’ouvre et découvre également la scène performative montréalaise : notamment grâce aux conseils de P.James, qui le guida durant ses recherches et explorations scéniques à l’ENC et l’accompagna sur la création de Within /Beignade II ( courte pièce solo présenté cet été au théâtre La Chapelle en coproduction avec le festival Montréal Complètement Cirque ). Il vit désormais entre l’Europe et Montréal, Il continue de travailler sur des projets solo et d’autres en collectif, ce tout en organisant des événements afin de promouvoir le cirque expérimental montréalais et de regrouper la communauté y gravitant. De plus, il continue à se former dans le monde de l’art contemporain en rencontrant et en collaborant avec d’autres artistes interdisciplinaires.

ANNE FOCH LEROGNON

Anne Foch Lerognon est née en Bretagne, puis a grandi dans le nord de La France. A 24 ans, elle a découvert le modelage au Maroc. Elle a élevé ses 3 enfants à Nevers. Elle y a créé un atelier de formation, dans lequel elle enseigne le modelage depuis 27 ans. Elle travaille l’argile qu’elle engobe (terre colorée) et qu’elle cuit à 1 280°C.
Quelques-unes de ses sculptures sont tirées en bronze numérotés. Ses sculptures font référence à son parcours de vie, mais l’histoire importe peu ; c’est juste un point de départ. Ses premières sculptures sont plutôt académiques. Elle a travaillé ensuite sur l’épanouissement de la femme mère , puis sur celui des
femmes rondes, telles les baigneuses ou les acrobates en recherche d’équilibre.
Depuis peu elle se focalise sur les gens et leur humanité (les migrants, l’exode, les passants, les portraits de famille…). Elle est touchée par toutes ces vies humaines, par l’émotion inhérente à leurs attitudes et expressions. Juste un regard sur des vies: des vues de vies.

Pleurer dans’ douche

Fondée en 2016 par Mélodie Noël Rousseau et Geneviève Labelle, la compagnie de théâtre Pleurer Dans’ Douche produit du théâtre fusion. Suivant leurs instincts, les deux artistes se métamorphosent : violonistes classiques, autrices, joueuses d’ultimate frisbee, danseuses somatiques, drag kings, manipulatrices d’objets, artistes maquilleuses, metteuses en scène ou comédiennes. Pour chacun des spectacles, leur vécu agit comme bougie d’allumage. Elles prennent leur public par surprise avec leurs œuvres brutes et irrévérencieuses.

Photos
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda
Laboratoire de créativité et d'intéractivité 2020_PetitThéâtreduVieuxNoranda

Laboratoire de création sur l’interactivité dans les arts vivants 2021

Laboratoire de créativité et d'interactivité 2021_Petit Théâtre du Vieux Noranda
Production du Petit Théâtre et de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, 

en collaboration avec le studio THEORIZ

La 4e édition de notre laboratoire de création sur l’interactivité dans les arts vivants est particulière. En 2021, cela fera un an que nous sommes en confinement plus ou moins partiel. Les salles de spectacle et le milieu culturel ont adapté leur manière de faire. Au cœur de ces nouvelles pratiques, la vidéo en direct couramment nommée streaming, s’est solidement ancrée. Bien que cette technologie soit fort ancienne, la vidéo en direct et en ligne s’est développée comme un catalyseur social pour les jeux vidéo. En effet, regarder d’autres personnes jouer plaît, telle une expérience vécue à distance accompagnée d’admiration et d’émotions mordantes: effets d’immersion, engagement, interaction et effets de présence, jusqu’à l’être-ensemble numérique (Vesac, 2018). Dans ces circonstances, de nouveaux enjeux sont apparus pour les artistes et pour les organismes ; 

 

Comment se démarquer  et offrir une expérience en ligne captivante et engageante à notre public ? Comment faire ressentir cet engagement aux artistes?

 

Durant ce laboratoire de création sur l’interactivité, les étudiant·es de création numérique de l’UQAT travailleront donc avec quatre artistes numériques et multidisciplinaires pour créer une expérience performative et interactive qui lie l’univers du jeu vidéo et du gameplay avec les arts vivants. L’équipe au Petit Théâtre se jumellera, en téléprésence, avec un alter-ego créatif basé à Lyon: le studio de création Art et Technologie THÉORIZ. Spécialisé dans la conception d’installations immersives et de spectacles audiovisuels innovants, ils ont créé la technologie de tracking sans capteurs Augmenta qui sera explorée durant le laboratoire. 

Les objectifs de la résidence : ÊTRE ENSEMBLE NUMÉRIQUE
  • Recherche d’un gameplay dramaturgique multi- acteur·ices et interactif
  • Créer une expérience / performance qui lie jeux vidéos et arts vivants
  • Engager le public via une scénarisation interactive et un travail d’écriture dramaturgique
  • Faire répondre et interagir ensemble différents espaces virtuels et physiques

Ce laboratoire se terminera par une sortie de résidence virtuelle et transatlantique, le samedi 20 février, où le public sera engagé dans une dramaturgie et une scénarisation interactive qui reliera espaces virtuels et physiques. Plus d’informations sont à venir, restez à l’affût. 

Les artistes invité.e.s
Olivia Mc Gilchrist

Olivia Mc Gilchrist est une artiste multimédia et doctorante franco-jamaïcaine blanche qui explore comment l’héritage colonial étend sa portée à la technologie de la réalité virtuelle (RV). Elle a exposé au Canada, en Jamaïque, aux États-Unis, au Brésil, en Allemagne, en Norvège, en Autriche, en France, en Suisse et au Royaume-Uni. En s’appuyant sur son expérience Eur-Caraïbéenne blanche et ses recherches sur la représentation de son identité hybride au sein de la culture jamaïcaine contemporaine, Olivia explore comment celle-ci peut être représentée dans la RV.

Natalia Soldera

Natalia Soldera est une étudiante au doctorat en arts de la scène et de l’écran à l’Université Laval. Elle a été professeure au Département des arts du spectacle de la Faculté des Arts du Paraná (Brésil). Artiste flottant à travers diverses fonctions des arts vivants, ses principaux intérêts de recherche et de création sont les pratiques d’horizontalité et d’indiscipline, les processus créatifs, ainsi que la composition de dramaturgies plurielles et performatives. Elle collabore actuellement avec la compagnie Théâtre de L’Impie sur les projets eauX et La Nuit du 4 au 5, en tant que, respectivement, créatrice numérique et vidéo et conceptrice vidéo et éclairage.

Jean-François Robin

Étudiant à la maîtrise en beaux-arts à Concordia (intermedia arts), Jean-François Robin explore les points de tension entre le réel et le virtuel, en s’inspirant des implications matérielles et conceptuelles de la physique quantique. Profondément inspirées par la nature, la science et la technologie, ses œuvres réunissent de manière poétique le virtuel et le réel, incitant les regardants à reconsidérer les relations qui unissent notre subjectivité et la Terre. En parallèle de son cheminement académique, il travaille en collaboration avec un groupe de recherche de l’UQAR sur des applications en réalité virtuelle, où il crée des simulations immersives et éducatives pour les étudiants en infirmerie.

Dominic Lafontaine

Dominic Lafontaine est un artiste, poète et musicien Algonquin. Ses œuvres artistiques, souvent audacieuses, humoureuses et absurdes, explorent les notions d’identité, de sens et d’appartenance culturelle. Gradué en Arts Visuels à l’Université d’Ottawa, Il cherche à synthétiser sa connaissance de l’histoire de l’art autochtone avec des nouveaux médias afin de redéfinir le vocabulaire esthétique de l’art anishinabe contemporain.  Son motto: «Recherche, remixe et répète!»

Le laboratoire a lieu dans le cadre d’un projet de recherche, mené par Jean-Ambroise Vesac Ph. D. et artiste numérique, qui évalue la pertinence pédagogique de cette résidence de recherche-création (en ligne) en milieu de pratique : arts vivants et numérique. Le public pourra participer ainsi à l’étude et aux résultats de ce projet de recherche.
En partenariat avec
Laboratoire de création sur l’interactivité dans les arts vivants 2021
Laboratoire de création de 2020
Laboratoire sur l'Interactivité 2020_Petit Théâtre du Vieux Noranda

La Forêt numérique

La Forêt numérique_ Petit Théâtre du Vieux Noranda
LA FORÊT NUMÉRIQUE, UN PARCOURS NOCTURNE IMMERSIF ET INTERACTIF AU CŒUR DE LA FORÊT

La forêt numérique est un parcours nocturne immersif et interactif qui se déroule au cœur de la forêt Kiwanis de Rouyn-Noranda. Déambulez dans la forêt, simplement guidé.es par la lumière et le son. Découvrez sa richesse et sa complexité à travers un dispositif numérique sensible et réactif.

Cette balade vagabonde amènera les promeneur.ses à vivre une expérience de proximité avec la nature. Le parcours séduit, autant les enfants émerveillés par la magie des lieux, que leurs parents, cherchant à déceler les secrets de la forêt.

DÉCOUVERTE DE L’ÉCOSYSTÈME FORESTIER

La forêt dispose d’un vaste système de communication entre les espèces. Le dispositif numérique sert donc à collecter les diverses informations fournies par la forêt comme la communication entre les espèces, partage des ressources ou la régénérescence de la flore. Celles-ci seront ensuite retranscrites en temps réel, grâce à des technologies variées telles que de la projection vidéo, le son, les capteurs interactifs, la lumière, les hologrammes et les lasers.

LE COLLECTIF PARSI PARLA

Parsi Parla est un collectif d’artistes aux compétences et aux personnalités diversifiées, un cocktail survitaminé, qui fait des expériences numériques en forêt, sa spécialité. Formé en 2016, lors de la maîtrise en création numérique à l’UQAT, Parsi Parla entreprend la conception, la création et la diffusion d’expériences immersives, interactives et stimulantes. La force du collectif réside dans ses champs d’expertise variés et complémentaires, ce qui en fait un collectif multidisciplinaire et créatif.

Le numérique est enclin à un développement rapide en région et Parsi Parla souhaite, par sa position d’étudiants, être acteur de son expansion et ainsi, rendre le numérique plus accessible à l’ensemble de la population. En l’intégrant au milieu naturel, leur but est de démontrer que ces deux entités peuvent cohabiter ensemble en harmonie, et ainsi faire naître un intérêt pour ce type d’installations.

Membres du collectif

Andréane Boulanger

Juliette Pierre

Valentin Foch

Lise Kniebilher

Jules Boissière 

VIDÉO Récapitulative

Les Zybrides 4.0

Les Zybrides 4.0 Petit Théâtre du Vieux Noranda
Les zybrides 4.0

Nommé Les Zybrides 4.0, ce spectacle-événement, permet de célébrer le passé et le présent de la troupe de théâtre Les Zybrides qui célèbre ses 40 ans, mais également l’enregistrement de la troupe de façon formelle, qui a eu lieu il y a 30 ans.

De plus, c’est l’occasion de saluer l’œuvre de la dramaturge abitibienne Jeanne-Mance Delisle, qui a écrit de nombreux textes pour la troupe, en plus de romans, nouvelles, scénarios et pièces de théâtre en mêlant les arts de la parole, la musique, la vidéo et la réalité mixte. Celui-ci prend la forme d’un collage teinté de réalité mixte et d’ajouts multimédias.

LES ZYBRIDES, C’EST LA TROUPE DE THÉÂTRE DERRIÈRE LE PETIT THÉÂTRE DU VIEUX NORANDA.

La troupe de théâtre Les Zybrides, a grandement participé à la professionnalisation du théâtre en Abitibi-Témiscamingue. Leurs productions diversifiées, du burlesque musical aux créations réalistes, en passant par le théâtre d’intervention et de commande, ont permis à quatre générations d’artistes et d’artisans de participer à l’éclosion du théâtre contemporain en région, et à le faire connaître. De plus, la troupe a séduit des publics de tous âges, classes sociales et origines de la francophonie canadienne. Elle a favorisé la cohésion de la communauté, pour permettre la rencontre entre les artistes et le public.

Équipe de création

Auteur·rices : Jeanne-Mance Delisle et création collective Les Zybrides

Direction artistique et mise en scène : Sonia Cotten et Pascal Gélina

Conseillère à la mise en scène : Monique Bernier

Concepteur·rices numériques : Sarah Gélineau-Paradis, Marie Fagniard et Rémy Bertin

Directeur musical : Jean-Philippe Rioux Blanchette

Acteur.rices: Arnel Martel, Manon Paquet, Manon Gervais Dessureault,

Musicien·nes : Jean-Philippe Rioux Blanchette, Isabelle Rivest et Stephen Burman

Technique : Lyne Rioux

Vidéo : Colin Malgogne

Production : Marika Mercier

Graphisme : Sarah Gélineau Paradis

Les zybrides 4.0 en quelques photos
Les Zybrides 4.0_Petit Théâtre du Vieux Noranda
Petit Théâtre du Vieux Noranda
Les Zybrides 4.0
Les Zybrides 4.0_ Le Petit Théâtre du Vieux Noranda

Interrégional numérique

Interrégional Numérique_PetitThéâtreduVieuxNoranda
INTERRÉGIONAL NUMÉRIQUE, L’APPROPRIATION DU NUMÉRIQUE POUR UN DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL INNOVANT

Dans le cadre de cet événement interrégional réalisé en téléprésence, nous proposons aux acteurs de l’Estrie, du Bas-Saint-Laurent et de l’Abitibi-Témiscamingue de se rencontrer, de se former sur la question et de prendre connaissance de projets numériques inspirants dans ces trois régions.

L’événement s’adresse aux acteurs de développement, aux municipalités, aux entrepreneurs, aux acteurs culturels et de l’économie sociale et à tous ceux et celles qui veulent s’inspirer, réseauter et se former sur les perspectives du numérique.

L’ère numérique dans laquelle nous entrons représente un des plus importants défis mondiaux. Faisant tomber les barrières liées au temps, aux distances et aux frontières, elle amène une rupture avec les façons traditionnelles de penser et de faire. Passage obligé, il s’agit aussi très certainement d’une opportunité exceptionnelle de développement pour les régions du Québec.

En décembre 2017, le gouvernement lançait d’ailleurs la Stratégie numérique du Québec afin d’assurer la cohérence de l’ensemble des actions gouvernementales et d’accélérer le déploiement, dans tous les milieux, d’une culture numérique.

Bluff

Créations : Bluff est un essai scénique en téléprésence dans trois villes différentes. Cette pièce de théâtre aborde les sujets tels que l'identité virtuelle.
Résumé de Bluff, théâtre en téléprésence

Trois interprètes se trouvent dans trois villes différentes, réuni·es* par un dispositif de téléprésence. Iels se révèlent, se questionnent, discutent et débattent autour des questions de l’authenticité, du mensonge et de l’imaginaire. À travers la caméra, iels cherchent à démontrer leur honnêteté et leur intégrité. Mais peut-on être « vrai » tout en contrôlant son image à l’écran? Comment ne pas succomber à la tentation de transformer la réalité?

 

Bluff se déroule dans trois espaces géographiquement distants, mais temporellement simultanés. Les lieux investis sont interdépendants, mais portés par une même trame narrative. Les images captées dans l’un et projetées immédiatement dans les autres rendent ce lien palpable. Un dispositif technique permet la rencontre entre les trois protagonistes et entre les trois publics.

 

À l’instar de notre société, où les messages ne sont pas toujours émis directement à l’interlocuteur·ice et sont souvent brouillés par des stratégies et des intérêts particuliers, l’œuvre dévoile la lutte pour communiquer dans un monde surmédiatisé. Notre culture se construit sur les images-écrans, ce qui transforme inévitablement notre identité. L’univers virtuel devient un lieu où l’on peut fantasmer et créer notre idéal, mais peut aussi parfois nous faire perdre nos repères face à la réalité. Bluff met en lumière les contradictions de cet univers. Cette technologie qui transgresse les distances et permet les rencontres les plus improbables donne-t-elle accès à de véritables relations? L’image que nous projetons sur le web est-elle juste ou est-elle le reflet de notre égo? Et le public, préfère-t-il le lien direct avec l’interprète devant lui ou le fantasme qu’il peut voir à l’écran? Bluff soulève une réflexion profonde sur la construction de notre identité virtuelle et son influence sur la nature de nos relations.

Vidéo
Vidéo de la résidence de juin 2020
Équipe de création et de production

Directrice artistique et metteure en scène : Mireille Camier

Auteur : Jean-François Boisvenue

Conseillers artistiques : Julien Brun et Ricard Soler i Mallol

Concepteur Vidéo : Frédéric Saint-Hilaire

Comédien.nes : Sarianne Cormier, Étienne Jacques, Véronique Pascal

Directeur technique : Valentin Foch

Conceptrice d’éclairage : Lyne Rioux

Direction de production : Lucie Mineau 

Assistant de production : Luca Mancone

Communication : Camille Barbotteau et Mlle Rouge

Production : Productions Quitte ou Double et le Petit Théâtre du Vieux Noranda

*Nos communications utilisent un langage inclusif, afin de donner une visibilité à toutes les identités de genre.

Les partenaires du projet
Bluff
Bluff
Bluff
Bluff
Bluff
Bluff

Partenaires financiers : 

Fonds d’aide au rayonnement des régions- Abitibi-TémiscamingueConseil des arts du Canada – Conseil des arts et des lettres du Québec – Desjardins – Mlle Rouge communications – Les précieux donateurs des Productions Quitte ou Double